AAECL - Association des Anciens Élèves du Collège de Compiegne et du Lycée Pierre d'Ailly

 


Bienvenue sur le site de l'A.A.E.C.L.

 

Beacoup d'anciens élèves attendaient avec impatience l'ouverture de ce site (et tout particulièrement notre regretté Trésorier adjoint Serge Lhomme, qui nous a quitté au début du mois de juin 2011, et à qui nous pouvons rendre hommage).

Ce portail est une porte ouverte à tous les anciens élèves de l'établissement et un moyen de communication vers tous !

Il s'enrichira au fil des jours et des années à venir, grâce à vos idées, vos suggestions, vos souvenirs, vos documents, vos photos de classes...

Alors, n'hésitez pas à communiquer : à bientôt...

Guy MAHLER, toujours à votre écoute !

Le mot du Président, Stanislas Le Verger,

(élu le 5 avril 2014, lors de l'Assemblée Générale annuelle)

 

 

Chers amis,

 

 

Il me semble que cet article de début de bulletin est une bonne occasion pour me présenter et exprimer ce que le lycée Pierre d'Ailly représente pour moi.

 

Je suis entré au lycée en seconde générale à la rentrée 2006, et l'ai quitté en juillet 2009, après un baccalauréat scientifique. Après avoir suivi deux années de classe préparatoire au lycée Louis-le-Grand, j'ai intégré l'Ecole Nationale Supérieure de Techniques Avancées, l'ENSTA, dont je viens de sortir. Je suis spécialisé en mathématiques appliquées.

 

L'horizon du baccalauréat a souvent occulté pour moi le fait que d'autres choses allaient venir après ce rituel de passage. Bien sûr, j'imaginais d'autres étapes mais je suis surpris de constater combien les détails du parcours sont imprévisibles. Apparemment mieux vaut savoir "nager" et accueillir les évènements que de planifier en se croyant sur des rails. Dans quelle classe préparatoire irais-je ? Quelle école d'ingénieur réussirais-je ? Quelles options se présenteraient, quelles rencontres, quel déploiement ? Enfin quel emploi ? Voici cinq ans que j'ai quitté le lycée, cinq ans après le fameux baccalauréat, combien l'horizon s'est élargi ! Et d'une manière que je ne pouvais pas imaginer.

 

Le lycée, c'est comme un galop d'essai, comme si on s'échauffait le cerveau. Ce à quoi on aura été exposé nous aura assouplis. On sera rompu à s'adapter de plus en plus facilement à d'autres exigences.

 

Par exemple, au lycée j'étais germaniste, bien sûr cela m'a accompagné lors des concours mais aujourd'hui je travaille en anglais ! Au lycée j'ai fait du latin et cela m'a sensibilisé aux valeurs des anciens, différentes de nos valeurs actuelles mais une des raisons pour laquelle mon employeur m'a recruté c'est pour mon état d'esprit et mon sens de la communication. Au lycée j'avais choisi la musique comme option au bac et cette culture musicale a facilité ma coordination de l'orchestre de mon école d'ingénieur. Cela a été l'occasion de rencontrer un nombre étonnant de collègues et enseignants. Au lycée j'ai été initié à la littérature, et comme par hasard, lors d'un concours, un souvenir ancien a convaincu mon examinateur de ma culture. Je n'en finirai pas de raconter comment les initiations reçues au lycée ont écloses, que ce soit de manière directe ou indirecte. 

 

En me retournant sur ce passé, somme toute assez récent, je constate également combien le cadre du lycée Pierre d'Ailly est exceptionnel : aéré, vert, élégant et calme; combien on y est encore sous la protection rapprochée de la famille, combien certaines amitiés d'adolescence sont beaucoup plus fortes que dans les années de collège et probablement demeureront, comment certains professeurs, d'une certaine manière, m'ont révélé à moi-même par leur matière enseignée ou par leur attitude. Bref, il s'agit d'années de transition intense.

 

A l'adresse des futurs anciens, qui peinent encore sur les bancs, j'ai envie de dire que je trouve que les examens, aussi exigeants et fatigants soient-ils sont à chaque fois comme des sas. Obtenir une excellente note au baccalauréat nécessite beaucoup d'application. C'est un examen difficile car il est généraliste. On n'arrive pas au bac tout blanc, on n'y arrive par étape et chaque examen est un petit caillou, une marque de légitimité sociale en construction, validée par des aînés.

 

Par l'association des anciens élèves nous témoignons de la gratitude envers les acteurs des années passées et envers ce lieu où sont rassemblés les outils sophistiqués qui ont façonné notre socle. J’invite tous les jeunes à nous rejoindre, à adhérer à l’association où se mélangent toutes les générations qui ont en commun le souvenir de la culture, de la camaraderie et de l’effort.

 

Après cette évocation de souvenirs du lycée d'un jeune ancien élève, je vous souhaite une bonne lecture de ce bulletin 2014, qui montre les activités et projets de notre association.

Stanislas Le Verger

 

 




-